Historique

Face au fossé qui sépare le confort de son pays d’adoption, la Suisse, et la réalité des enfants défavorisés de son pays d’origine, le  Népal, Dhan s’associe à son frère Milan vivant dans la région de Pokhara, pour leur venir en aide.

En 2007, les frères Adhikari se mettent à la recherche d’un logement dans la ville de Pokhara afin de pouvoir développer leur projet. Finalement, ils louent un appartement de quatre pièces dans une maison privée. Les enfants qu’ils s’apprêtent à recevoir ont besoin de lits pour dormir, d’un fourneau pour se chauffer, d’eau pour se laver et de matériel de cuisine. Avec un peu d’huile de coude, Dhan et Milan fabriquent eux-mêmes les premiers meubles afin de fournir le confort de vie nécessaire. Un grand jardin et quelques poules apportent une ressource bienvenue et permettent aux enfants d’être intégrés aux tâches quotidiennes et de participer au bien être commun.

Bien que modeste, l’appartement devient rapidement un havre de paix, dix-sept jeunes sont nourris et logés dans de bonnes conditions et Kamala, sœur de Dhan et Milan, s’occupe d’eux. Délaissée par son mari, elle trouve dans cette maison, un travail, un toit, un avenir pour elle et ses enfants. Depuis son arrivée, elle œuvre quotidiennement le sourire aux lèvres, avec une gentillesse et une volonté remarquable. Sita, sa sœur, lui est aussi d’une aide précieuse. Quant à Milan, il s’occupe plus précisément de la scolarité des enfants et de l’administration de la maison. Il est également le trait d’union avec leurs parents. Il travaille bien entendu en collaboration avec Dhan qui a pour tâche de trouver les fonds pour financer leur projet.

De retour en Suisse, Dhan, chargé de produits artisanaux népalais qu’il espère vendre pour récolter quelques sous, sillonne les commerces de la région bagnarde. Lors de son passage à L’Igloo Junior à Verbier, Dhan expose ses articles et présente son projet à Léonie Burtin. Il explique qu’il désire héberger, éduquer et instruire des enfants défavorisés de sa ville d’origine pour les amener vers un avenir meilleur. Il met l’accent plus particulièrement sur l’importance de la prise en charge des filles qui sont souvent maltraitées, vendues et que rarement scolarisées.

Léonie Burtin est enthousiasmée par ce projet et décide de l’aider.